Hivernage: la pluie n’est pas au rendez-vous à Baba Garage

L hivernage bat son plein et habituellement la verdure envahissait partout.

À la périphérie des habitations comme à la lisière des plantations on humait l’air frais et humide. La pluie tombait avec grondement de tonnerre, éclair et faisait regretter le peu d espace non ensemencé.

Les cris enthousiastes des animaux s’entendaient de partout et les grenouilles se mêlaient à la partie. Mais hélas on est loin de ce décor. En ce début d’août 2018 la pluie se fait rare. On l’a eu deux fois et son absence est sur le point d’anéantir tous les espoirs. Les bergers vont, viennent, sans arrêt à la recherche de nourriture et voient leur bétail mourir à leurs pieds.

Ici et là on scrute le ciel à la recherche de la bonne eau. On multiplie les séances de prières et les rites traditionnels refont surface. Et la météo de faire son bilan. Tous les postes météorologiques de la région de Diourbel sont déficitaires. Les agents des Eaux et Forêts mènent une lutte acharnée contre les bergers qui voient le bétail souffrir. Les bergers assaillent les autorités locales et étatiques qui sont sollicitées de partout. Les plaintes et complaintes se multiplient et l’eau est sourde à leur appel…

La pluie n’est tombée que deux fois depuis le début de l’hivernage le 27 juin dernier, mal repartie dans le temps et dans l’espace. Dans la commune de Dinguiraye dans l’arrondissement de Baba garage des paysans recommencent les semis à sec du mil et les éleveurs fuient la localité.

A Baba Garage le peu d’herbe ne suffit pas. Et là journée de l’environnement qui est organisée annuellement se prépare. Celle de cette année devrait être un moment fort de sensibilisation contre la passivité des populations, leur promptitude à exploiter irrationnellement les ressources naturelles et leur faible degré d’engagement pour la foresterie et très enclines à salir et couper.

Sinon on retrouve les mêmes scénari. Au village agricole de Ndia on est en train de faire un bout de chemin avec la récupération des plastiques, la mise en place de la pépinière permanente avec le soutien de Jappal Ma Japp. Le service des Eaux et Forêts de Bambey et Baba garage multiplie les visites, appuis, conseils et on espère rejoindre sur le terrain de la foresterie des ONG comme SOS Sahel International. Les défis sont grands mais ne dit on pas que:

« avec la volonté on peut soulever une montagne »

Malick Ganila Instituteur, Coordonnateur du village agricole de Grand NDIA à Baba Garage Sénégal.

line
footer
Tous droits réservés | JappalMaJapp.org 2009 | Site crée par linkble